Les PPs en mode Hopla

Les Petits Pères ont retrouvé à Strasbourg le plaisir d’un déplacement rugby, avec une victoire à la clef signée par un commando qui n’a pas pédalé dans la choucroute.

Le menu de ce séjour proposait un autre plat moins répandu, le civet de phacochères. Les Petits Pères ont eu le plaisir d’affronter l’équipe des vétérans du CRIG Rugby dont l’équipe vétérans/loisir s’appelle « Les Joyeux Phacochères ». Avec à la clef une victoire 5 essais à 0.

Pour se frotter à ces rugueux animaux, 16 Petits Pères avaient fait le déplacement depuis la capitale, ainsi que de Zurich (Pilla) et New York (Maurin). Un seul remplaçant et le fidèle coach Boubouche sur le banc au coup d ‘envoi, pour un match de 3 X 25 min sur un superbe terrain en herbe, dans un brouillard à ne pas ne pas laisser un ailier sur le bord de la touche de peur qu’il se perde.

Les PPs étaient ravis de pouvoir effectuer enfin ce déplacement repoussé à cause du Covid-19, organisé par Knacki, local de l’étape, contraint malheureusement d’y renoncer au dernier moment. En mode commando, ils ont vaillamment résisté pendant le 1er quart d’heure face aux avants adverses qui leur ont mis une belle pression, notamment sur les rucks. La défense a tenu et les PPs ont pu compter sur les cannes des trois quarts pour ouvrir le score, avec deux essais de Max et Régis. Même scénario pour le 2e tiers temps avec un doublé de Max et un essai tout en force d’Issapel en coin. Et Régis qui termine le boulot avec un 5e essai dans un dernier tiers temps passé dans le camp adverse.

Les PPs ne se sont pas économisés pour décrocher ce trophée animalier. Leur seul remplaçant était Greg qui avait accepté de remettre le maillot pour dépanner. Il a assez rapidement eu l’occasion de rentrer sur le terrain, profitant du plaisir de jouer sous les ordres de capitaine Théo, son ouvreur prodigue. Et il a eu assez vite l’occasion d’en sortir après s’être fait découper par un gros plaquage adverse au ras d’un regroupement. Il allait certes un peu moins vite dans les rues de Strasbourg mais il n’a rien lâché jusqu’au bout.

Pas simple de faire une analyse technique du match avec le brouillard et les bières bues avant le coup d’envoi. Les gros ont beaucoup couru, ils ont largement dominé la touche et ils ont offert de bons ballons à une ligne de trois-quarts qui a gagné en liant au fil de la rencontre. Une velle dépense d’énergie collective avant de pouvoir se jeter sur les spécialités locales liquides et solides.

Accueillis de fort belle manière dans le luxueux club house du CRIG, les PP ont vidé quelques pichets et avalé du cordon bleu sans phacochère, avant de donner de la voix face à la charge des cavaliers de Reichshoffen. Avec en prime un beau discours du présiPanda : « les cafés sont offerts par la maison » ! Que du plaisir et de la kiffance, comme diraient les plus jeunes pousses de la bande PPs.

A voir leur tête quelques heures plus tard au comptoir d’un bar de Strasbourg, on peut en conclure que la recette du déplacement marche pour toutes les tranches d’âge ! Ils ont pu compter sur l’inspirant guide Che qui leur a « ouvert les portes du saloon » et de la nuit. Sur le comptoir, un bel alignement de bières et de Jäger Bombs pour hydrater les vainqueurs du soir.

Les breuvages avaient changé le samedi midi au Zehnerglock, avec pas mal de vin blanc pour arroser choucroutes et jarets et de la prune-coffee pour digérer. La bière était elle réservée pour la session de matage de matchs dans l’immense pub Meteor où les PPs ont ingurgité un paquet de flammenkueche, histoire d’être certains de se rappeler du nom de cette spécialité locale pour les prochaines annonces en touche. Ceux qui lançaient des pizzas ont désormais une alternative !

Cosita

L’équipe des PPs

Issapel – Fifi – Moustaku / Pilla – Maurin / Derrick – Nalex – Panda / Ben – Théo / Max – Régis / Max – Simon / Che. Greg remplaçant et Boubouche au bord du terrain.